Chômage : c’est maintenant qu’il faut agir !

<p>La faible progression de l’emploi confirme que la situation économique et sociale de notre pays reste grave.</p><p></p>

Avec près de 11 % de chômeurs, 25 % chez les jeunes et un chômage de longue durée qui s’accroît, la seule question qui vaille est : « comment engager une réelle dynamique de création d’emplois ? ». Car lutter contre le chômage suppose d’accélérer la dynamique de création d’emplois qui reste trop faible dans notre pays.
 
Pour cela, il est indispensable de renforcer la compétitivité et l’agilité des entreprises, et de rétablir la confiance des chefs d’entreprise. Il faut cesser de croire que des petites mesures ponctuelles pourront durablement relancer la création d’emplois. De même, il faut arrêter d’attendre passivement un retour d’une croissance dont l’économie française profite nettement moins que ses voisins.
 
Afin de créer cette dynamique et d’inviter les acteurs politiques économiques et sociaux à faire part à leur tour de leurs propositions, le Medef a mis sur la table des propositions dans le cadre d’un Plan d’urgence pour l’emploi. Cet ensemble de mesures fortes et cohérentes s’organise en trois temps : un « choc de confiance » avec des premières mesures d’urgence dans les 3 premiers mois de 2016 (zéro charge nouvelle embauche et alternant, sécurisation du CDI…), un « pack » de soutien à ces premières mesures qui lance des réformes déjà consensuelles (réforme du code du travail, apprentissage…), et enfin des réformes à lancer dans les 3 ans qui viennent pour libérer la croissance et l’emploi (baisse des dépenses publiques et de la pression fiscale, simplification…).
 
Pour Pierre Gattaz, président du Medef : « L’année 2016 doit être l’année de l’emploi. Les propositions que nous avons formulées doivent déverrouiller le marché du travail. Elles peuvent être discutées car nous sommes dans le débat et l’échange mais il faut désormais agir vite et de manière forte.  Elles demanderont du temps à produire des effets car il faudra les accompagner, sur plusieurs axes de travail qui sont au cœur de l’action du MEDEF depuis des mois : la croissance (et notamment la mondialisation), l’innovation, la formation professionnelle des salariés, le management… autant de facteurs de compétitivité « hors coût » qui sont clés pour faire grandir nos entreprises. Nous sommes mobilisés sur ces sujets mais pour pouvoir avancer, il faut désormais créer les conditions de compétitivité, d’agilité et de confiance. »